Biographie

Biographie

Abderrahim Yamou est né en 1959 à Casablanca.
Vit et travaille à Paris et à Tahannaout au Maroc.

En 1978, Abderrahim Yamou, dit Yamou, quitte Casablanca et entreprend des études de biologie puis de sociologie à l’université de Toulouse, puis à la Sorbonne à Paris. Dans le même temps, il suit des cours d’histoire de l’art et de dessin. Il s’installe à Paris en 1986 et se consacre à la peinture. Sa première exposition personnelle a lieu en 1990. Son œuvre est aujourd’hui reconnue et exposée dans les galeries et les musées à l’international.

À partir de 1995, Yamou réalise, avec de la terre et du sable, des tableaux où apparaissent des animaux – bouquetins, béliers, gazelles – inspirés par les peintures pariétales de l’Atlas. En 1998, il peint, dans des tons sourds et subtils, jouant d’effets de transparence, des motifs végétaux, feuilles, fleurs, branchages, jardins et forêts, partiellement recouverts par des signes, des calligraphies. Pour lui :
« La plante est continuité et changement. Elle est aussi photosynthèse : elle apporte la vie ».
Ses jardin poétiques sont créés dans « l’idée de voir verdir quelque chose ». Il présente le plus souvent ses tableaux sous formes de diptyques, pour comprendre comment deux éléments différents « peuvent se rejoindre et devenir une seule chose » (les Petits ailleurs).

Dans les années 2000, ses germinations viennent au principe même des formes premières de la nature. Yamou, dans son atelier-laboratoire, se donnant pour but « d’explorer à la manière d’un scientifique », représente des réseau cellulaires (Cellules rouges et vertes, 2015). Ces formes organiques, ces cellules, qui semblent être des agrandissements d’éléments microscopiques, jaillissent, se multiplient dans d’infinis entrelacements, donnant naissance à des cosmogonies, à ce qu’il appelle le « miracle banal : la vie ». Il crée également des sculptures avec des matériaux (ustensiles, outils) et objets du quotidien (La Chaise, 2010). Ses sculptures qui s’inspirent de l’art africain traditionnel, notamment des statues N’Kondé du Congo, sont hérissées de centaines de clous, « surface métallique oxydable, vibrante ». En émergent ou y sont posées de petites silhouettes humaines ou des plantes vivantes qui à leur tour, évoquent la fragilité de la vie.

Pascale Le Thorel